L’Université de Strasbourg : des Prix Nobel qui cachent une grave crise financière

A l’occasion de la visite de François Hollande le 30, mobilisons-nous !

Le Président de la République visite l’Université de Strasbourg ce jeudi 30 janvier. Il envisage de préciser sa politique en matière d’Enseignement Supérieur et de Recherche en rencontrant à cette occasion nos prix Nobel strasbourgeois.

Cette visite coïncide avec des coupes sombres dans notre budget à hauteur de plusieurs millions et confirme un inadmissible désengagement de l’Etat envers notre université. Tous les personnels et les étudiants en subissent les conséquences au quotidien. Le chantage est le suivant : « Vous voulez garder vos emplois, alors réduisez votre offre de formation, faites des économies de fonctionnement ». Mais les gels de postes ne trompent personne : c’est notre masse salariale que l’Etat veut dégraisser.

Confirmée et aggravée par les dotations 2014, l’austérité nous touche de plein fouet. Sur toutes les questions – retraites, gel des salaires, territorialisation des services publics, RGPP rebaptisée MAP, remises en cause des statuts – les attaques contre nos droits et contre les services publics s’accélèrent.

A l’Université de Strasbourg cette situation se traduit par 50 postes gelés, une diminution brutale de 20% des budgets de fonctionnement des composantes et laboratoires et, selon les termes mêmes de son Président, la seule perspective de « faire mieux avec moins ».

Que ferons-nous avec « toujours moins », Monsieur le Président Alain Beretz ? Osez enfin protester avec nous !

 Pourquoi, Monsieur le Président de la République, punir l’université et la recherche françaises, alors que vous aviez promis d’en faire une priorité nationale ?

Pourquoi ne pas impulser une relance du service public de la connaissance ?

Pourquoi ne pas soutenir une grande ambition pour former la jeunesse de ce pays ?

Pourquoi ne pas refinancer les universités et les organismes de recherche en redéployant les moyens gaspillés par le Crédit impôt recherche ?

Pourquoi, par la voix de votre ministre, Madame Fioraso, vouloir transformer les universités en « centre de coûts et centres de profits » ?

Non, l’université n’est pas une entreprise, mais un service public !

Personnels et étudiants, mobilisons-nous !

  •       Venons montrer ce que sont nos postes gelés en participant, habillés de noir, à un

FREEZING

A 12h 15 devant la Faculté de droit ce jeudi 30 janvier

  •       Participons à l’assemblée de témoignages sur les dégâts causés par les restrictions budgétaires en présence de  la presse

A 12h30 salle Redslob 4ème étage de la Faculté de droit

Action soutenue par les organisations suivantes : SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SUD Education Alsace, SNPREES-FO, SNTRS-CGT, SES-CGT, Sgen-CFDT de l’UdS, UNEF

Ce contenu a été publié dans Communiqués. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blue Captcha Image
Refresh

*


sept − 4 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>