30 mesures prioritaires pour changer l’Université de Strasbourg

Ces mesures sont en grande partie extraites de la plateforme des listes « Responsabilité, Démocratie, Collégialité ». Elles sont soutenues par Jacques Haiech, candidat à la présidence de l’Université de Strasbourg. Celui-ci s’engage à les mettre en œuvre dans les 12 premiers mois de sa mandature.

Chantier 1
Améliorer les conditions de vie et de travail de tous les personnels 

1.1.         Rétablissement du référentiel d’activités des enseignants-chercheurs à 100 % et limitation des primes des vice-présidents, et ceci dès l’année 2013.

1.2.         Limitation au strict minimum de la politique de non publication de postes : accord du conseil de composante et inscription des décisions dans une politique prévisionnelles des emplois, transparente, soumise à la Commission des emplois et validée par le Comité technique d’Etablissement.

1.3.         Elaboration d’une charte déontologique garantissant l’équité et la transparence des procédures de promotion locale.

1.4.         Mise en place d’une politique volontaire de limitation des décalages grade/fonction et de formation des agents contractuels pour résorber l’emploi précaire.

1.5.         Création d’un poste de VP délégué en charge du dialogue social et de la résorption de la précarité.

Chantier 2
Bâtir une nouvelle organisation démocratique de l’Université

2.1.         Associer directement les membres des Conseils centraux aux processus d’élaboration des décisions relevant de leurs compétences.

2.2.         Institutionnaliser des procédures de recours.

Ces procédures doivent rester occasionnelles et doivent permettre d’améliorer la collégialité en amont :

-      permettre à un conseil de composante, ou à 100 signataires d’une demande d’appel motivée, de faire réexaminer par le CA une décision jugée défavorable à l’intérêt général ;

-      permettre à 100 membres des personnels (environ 2% de la totalité des personnels) d’adresser une proposition de délibération aux Conseils de l’université qui devra être examinée et faire l’objet d’un vote dans un délai de trois mois.

2.3.         Développer et ouvrir les outils d’information existants afin d’y favoriser l’expression la plus large possible des personnels et de garantir une libre communication sur les difficultés rencontrées dans l’enseignement, la recherche ou le fonctionnement des services.

2.4.         Réorganiser les relations entre la présidence et les laboratoires et composantes. De nouvelles procédures devront être mise en œuvre dans les relations entre le central et les directeurs de laboratoires et de composantes pour leur permettre d’organiser une consultation plus large de leurs conseils et de leurs personnels sur les décisions annuelles essentielles qui les touchent (budgets, postes, intégrité des maquettes de diplôme, primes, etc.). Des conférences budgétaires se substitueront au dialogue de gestion (voir mesure 3.4).

2.5.         Créer une vice-présidence déléguée chargée de la démocratie, de l’égalité et de la parité.

Chantier 3
Se battre pour un financement public et retrouver l’équilibre budgétaire

3.1.         Demander à la Chambre Régionale des Comptes d’Alsace un audit financier de l’université.

3.2.         Selon la motion adoptée à l’unanimité par le Congrès du 12 octobre 2012, ouvrir « des négociations entre le ministère et l’université afin d’étudier et de mettre en œuvre les moyens qui doivent permettre à l’État d’assurer pleinement ses engagements et à l’université de recouvrer ses créances ».

3.3.         Faire procéder à une évaluation complète des actifs immobiliers et achever l’inventaire physique des bien mobiliers.

3.4.         Une nouvelle commission des finances, émanant du congrès, sera mise en place et ses missions seront définies. Elle aura des responsabilités et des compétences élargies, qu’elle exercera en lien avec les services comptable et financier de l’université. Elle sera compétente dans la présentation du budget prévisionnel annuel et le suivi de l’exécution du budget, ainsi que dans l’élaboration des décisions budgétaires modificatives (DBM). Ainsi, cette commission suivra les conférences budgétaires (voir mesure 3.5) et participera à la mise en place d’un tableau de bord aisément accessible et lisible par les personnels, leur permettant de suivre la présentation et la réalisation du budget de leur composante.

3.5.         Des conférences budgétaires remplaceront le dialogue de gestion et réuniront l’ensemble des composantes par collégium ou par secteur. Chaque composante présentera la politique qu’elle a menée dans l’année écoulée, les crédits utilisés, la politique qu’elle souhaite mettre en place pour l’année à venir et l’estimation des besoins pour y parvenir. Cet exercice sera fait devant les autres composantes, chaque composante étant ainsi évaluée et évaluatrice. Ce mécanisme assurera une transparence budgétaire et favorisera les bonnes pratiques. La commission des finances sera représentée à chaque conférence budgétaire par un ou deux de ses membres.

Chantier 4
Une stratégie de formation centrée sur la réussite des étudiants et une Recherche ambitieuse

Formation

4.1.         Maîtriser et développer de façon équilibrée notre offre de formation, dans le respect des spécificités disciplinaires. Mettre fin à la politique désordonnée de réduction des heures d’enseignement et réaliser un audit des formations et des maquettes de diplôme déposées à l’AERES pour la rentrée 2013.

4.2.         Lutter contre l’échec étudiant en L1 en améliorant l’encadrement et en privilégiant les groupes à « taille humaine ». Développer les cours intégrés, prévoir du tutorat de L1 par des étudiants de master et des doctorants « compagnons », encadrés par des enseignants-chercheurs.

4.3.         Initier à la recherche dès L3 par la présentation de programmes de recherche « en train de se faire » ; stage de conduite de projet en master : participation des étudiants de master à des travaux de recherche et études collectives ; stage en laboratoire ; participation minimale de tous les enseignants-chercheurs à l’enseignement en licence.

4.4.         Aménager l’emploi du temps des étudiants salariés. Mieux exploiter les possibilités du numérique et mettre en place dans la mesure du possible des horaires aménagés.

4.5.         Faire de l’enseignement des langues une priorité. Soutenir les recherches en didactique des langues, développer les outils et les techniques numériques de formation, offrir aux étudiants étrangers des possibilités de stages intensifs, etc.

Recherche

4.6.         Soutenir les unités de recherche en stabilisant les crédits de base. Maintenir à un niveau suffisant les appels d’offre du Conseil Scientifique pour dynamiser la recherche, redéployer des crédits de la politique d’excellence (IDEX), développer les contrats de recherche européens, etc.

4.7.         Reconsidérer la politique d’excellence afin qu’elle profite équitablement à tous les secteurs disciplinaires. Suppression du périmètre d’excellence en ouvrant les outils de l’IDEX, les appels d’offre et l’Institut d’études avancées, à toutes les équipes et collègue.

4.8.         Créer les conditions qui garantissent aux enseignants‐chercheurs un réel mi‐temps recherche. Augmenter le nombre de CRCT, alléger au maximum les EC des tâches administratives en affectant suffisamment de personnels Biatss dans les composantes et laboratoires.

4.9.         Abandonner les « chaires d’excellence » qui gèlent deux emplois de façon injuste et inégalitaire, et à l’inverse négocier des périodes de délégations plus longues au sein des organismes.

4.10.      Développer une politique documentaire et de publication ambitieuse, au service de la recherche. Renforcement du Conseil de la documentation, création d’un poste de VP délégué en charge de la documentation et des publications, recrutement d’un personnel pour la direction administrative des PUS.

Chantier 5
Mettre la vie étudiante au cœur de l’Université

5.1.         Faire de la création de la Maison de l’étudiant une priorité du Plan Campus.

5.2.         Renforcer la participation des étudiants à la vie institutionnelle de l’université par la création, à côté du VP étudiant, de deux fonctions de VP délégués. Création d’un Observatoire permanent de la vie étudiante.

5.3.         Instauration d’un système de démocratie directe par un droit de pétition ouvert à 30% des étudiants inscrits dans une composante pour une thématique spécifique à la composante, ou à 1% de l’ensemble des étudiants inscrits à l’université (environ 420 pétitionnaires).

5.4.         Evaluation et adaptation des conditions du contrôle continu intégral avec prise en compte des spécificités disciplinaires, des étudiants salariés et des rythmes d’étude.

5.5.         Actions immédiates en direction des étudiants internationaux : amélioration de l’accueil, de l’information et du suivi d’études; formations linguistiques intensives; institutionalisation d’une cellule de veille et d’alerte pour les étudiants ayant des problèmes de carte de séjour.

À propos de Jacques Haiech

Candidat au CEVU
Ce contenu a été publié dans Communiqués, Elections, Positions, Tribune libre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à 30 mesures prioritaires pour changer l’Université de Strasbourg

  1. Ping : Communiqué du SNESUP-FSU sur les élections à l’Université de Strasbourg (Le 21 décembre 2012) | Pour l'Université de Strasbourg : Responsabilité, Démocratie, Collégialité

  2. Ping : Histoires d'universités » Blog Archive » Strasbourg. Un rebond en janvier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blue Captcha Image
Refresh

*


+ cinq = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>