Congrès UdS finances : une importante motion

Chères et chers collègues

Une motion importante a été adoptée mardi par le Congrès de notre université.
Proposée par l’intersyndicale Agir Ensemble pour une université démocratique, elle a été votée sans amendement.
Nous la portons à votre connaissance avec les résultats du vote.
Nous espérons avoir ainsi contribué efficacement aux démarches de recouvrement des montant importants que l’Etat doit à notre établissement et sans lesquels nous ne trouverons pas l’équilibre budgétaire nécessaire au bon fonctionnement de l’UdS.

Très cordialement.

Agir Ensemble pour une Université démocratique

(SUD Education UDS, SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNTRS-CGT, SES-CGT, SNPREES-FO )

**********

Congrès Finances de l’Université de Strasbourg

(28 juin 2011)

Motion présentée par l’intersyndicale Agir Ensemble

(SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SUD Education UDS,

SNPREES-FO, SNTRS-CGT, SES-CGT),

 

La motion suivante a été adoptée par le Congrès (réunion des trois conseils et du CTP) de l’Université de Strasbourg :

Pour :    37

Abstentions :   8

Contre :     1

 

Le congrès de l’UDS réuni ce 28 juin pour examiner la situation financière de l’Université de Strasbourg et se prononcer sur la Lettre d’orientation budgétaire 2012, constate  que des engagements importants de l’Etat n’ont pas été honorés auprès de notre établissement. Les membres du congrès formulent auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche une demande urgente d’ouverture de négociations avec la présidence de l’UDS afin d’envisager les modalités de recouvrement de cette créance. Elle pourrait déboucher par exemple sur l’attribution d’un complément budgétaire pluriannuel dès 2011.

La fusion de 2009 et le passage au RCE ont accru les besoins en personnels et mettent notre université dans une situation de sous-administration criante. Une dotation en supports d’Etat permettant de titulariser des contractuels sur missions permanentes pourrait s’inscrire dans le cadre du projet de loi sur la résorption de la précarité dans la fonction publique et contribuerait ainsi à diminuer la charge pesant sur les emplois en ressources propres.

Seul le respect des engagements financiers de l’Etat permettra à l’UdS de trouver son équilibre budgétaire, de mettre librement en œuvre sa politique salariale et sociale, en particulier sa politique indemnitaire, l’application du référentiel d’activités des enseignants-chercheurs ainsi que celle du CET. Une satisfaction rapide de cette demande permettrait de retrouver les marges de  manoeuvre indispensables au bon fonctionnement administratif de notre établissement, au développement de l’offre de formation et de la politique de recherche de notre Université.

À propos de Julien Gossa

Candidat au CEVU
Ce contenu a été publié dans Motions, Positions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blue Captcha Image
Refresh

*


− 4 = quatre

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>