Elections partielles du 20 octobre 2011 au CA et au CS de l’UdS

Présentation des candidatures

Agir ensemble pour une université démocratique

( SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNTRS-CGT, SES-CGT, SNPREES-FO,

avec le soutien du SGEN-CFDT de l’UdS pour l’élection au CA)

À l’heure paradoxale de l’affaiblissement financier de notre Université, mais de son admission au guichet de la politique « d’excellence » nationale, les universitaires de Strasbourg risquent de se voir exclus des véritables lieux d’élaboration et de décision des choix scientifiques. En effet, le périmètre « d’excellence » (Périmex) reconfigure arbitrairement notre recherche et engendrera inévitablement une transformation majeure du fonctionnement de l’UdS, les LABEX disposant de leur propre gouvernance qui n’aura de compte à rendre qu’à l’ANR. Pour cette raison, les élections partielles du 20 octobre 2011 revêtent une importance stratégique.
Depuis le 1er janvier 2009, bien que minoritaires, les élus et représentants Agir Ensemble pour une Université Démocratique des différents conseils de l’Université de Strasbourg s’évertuent à préserver notre établissement des dangereuses dérives de la loi LRU, dite d’autonomie, et des RCE (Responsabilités et Compétences Elargies) imposées par l’État et localement trop souvent déclinées sans examen de leurs effets. Or chacun de nous peut mesurer à quel point notre « autonomie » se réduit le plus souvent à « choisir » à quel secteur de l’université devront s’appliquer les coupes budgétaires. La suppression difficilement justifiable d’au moins 25.000 heures d’enseignement dans toutes les composantes démontre autant la précarité des finances de l’UdS que la logique strictement comptable des contraintes qui nous sont appliquées.
Les élections du 20 octobre doivent renforcer la voix de celles et ceux qui agissent pour que la majorité des collègues hors périmètre d’excellence ne soient pas laissés sur le bord de la route ou encore pour qu’aucune discipline ne soit sacrifiée (pour de mauvaises raisons budgétaires). Nous ne pouvons nous laisser hypnotiser par les sophismes de « l’excellence » qui ne traduisent que la contraction des budgets autour des « sciences du brevetable ».
 Ces élections peuvent aussi être un signal fort vers l’équipe présidentielle et sa trop large majorité pour leur signifier l’exigence d’une autre politique, plus collégiale en ce qu’elle associerait davantage les collègues et leurs élus, et être davantage au service de la communauté dans  le soutien aux personnels et l’accompagnement des composantes et des laboratoires.
  Le renforcement d’Agir Ensemble pour une Université Démocratique au CA et au CS de notre Université est une garantie forte d’asseoir votre souhait d’une véritable défense de la collégialité et de la démocratie à l’UdS.
Nos candidats

Céline Clément est professeure en Psychologie et Sciences de l’éducation. Elle est de longue date engagée au service de notre communauté, tout d’abord au sein du collectif « Sauvons la Recherche », puis au CEVU et au CHS de l’UdS. Sa transdisciplinarité, ses diverses responsabilités au sein du collégium Education et Formation et des composantes dans lesquelles elle a enseigné ou enseigne (Faculté de Psychologie et IUFM) ainsi que sa bonne connaissance des dossiers actuels de l’Université constituent des atouts majeurs pour mener un travail efficace au CA.
La candidature de Yann Tholoniat s’inscrit dans la continuité de celles de Nicolas Bourguinat auquel il compte succéder, d’Olga Garzon et de Catherine Allamel, tous trois élus aux dernières élections partielles du CS. Représentant comme son prédécesseur du secteur Arts-Lettres-Langues et Sciences Humaines et Sociales, il s’engage avec nos autres élus au sein du CS, à ce que ce dernier garde la main sur la politique scientifique (réflexion stratégique, gestion des carrières, politique documentaire, etc.). Maître de Conférences habilité à diriger les recherches en Anglais, il portera notamment un regard vigilant sur le secteur ALL-SHS dont il est issu et qui se trouve dangereusement exclu du périmètre d’excellence de la future IDEX de l’UdS.

 

Nos engagements principaux:

1.  Défendre une université fondée sur les valeurs du service public, dans le respect des statuts des personnels, face une     politique favorisant avant tout le développement de l’emploi non titulaire (multiplication des CDD et des CDI) ;
2.    Promouvoir un retour à la collégialité fondatrice des universités et à un dialogue social fondé sur l’écoute et le respect des personnels de toutes les composantes de l’UdS ;
3.    Inventer une nouvelle vie démocratique à l’UdS ;
4.    Rapprocher le comité de pilotage de l’IDEX avec les conseils centraux en intégrant certains de leurs membres pour assurer davantage de cohérence dans l’élaboration et la prise de décision, alors que le périmètre d’excellence (Périmex) engendrera inévitablement une transformation majeure du fonctionnement de notre université, les LABEX disposant de leur propre gouvernance qui n’aura de compte à rendre qu’à l’ANR ;
5.    Favoriser une meilleure coopération entre les universités et les organismes de recherche ainsi que des liens renforcés entre formation et recherche ;
6.   Améliorer la situation des personnels non titulaires, enseignants ou chercheurs, en particulier lorsqu’ils exercent des fonctions pérennes, sur la base des conventions de gestion récemment votées par le CA.
Pour découvrir les professions de foi et les CV des deux candidats Agir Ensemble :
http://agir-ensemble.unistra.fr/archives

À propos de Julien Gossa

Candidat au CEVU
Ce contenu a été publié dans Communiqués, Positions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blue Captcha Image
Refresh

*


8 + neuf =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>